06.12.2019, 11:00

Dressage: Lucie Moreillon, la seule Romande dans les cadres

chargement
Lucie Moreillon s'entraîne quatre à cinq fois par semaine à Noville.

promotion La citoyenne de Fully a été promue dans le cadre national junior B après trois ans dans la catégorie poney. Elle espère prendre part aux championnats d’Europe en 2020.

Lucie Moreillon, 16 ans, pourrait presque se sentir bien seule en Suisse. Elle qui a été promue dans le cadre national junior B de dressage sera la seule Romande, toutes catégories confondues chez les jeunes, à figurer à ce niveau en 2020. «Ce n’était pas forcément attendu», assure-t-elle. «L’avantage, c’est d’être retenue pour diverses épreuves internationales, la coupe des Nations par exemple. Je sors à peine de la catégorie poney où j’ai pris part à des compétitions internationales. A partir de 2020, je monterai ma jument Lady Diamond.»

Il est vrai que les places sont chères. Ils ne sont que trois dans le cadre A et trois dans le cadre B. Cette promotion n’est pas sans conséquences. Financièrement, lorsque les cavaliers sont retenus par la fédération, ils profitent de quelques allégements. Ainsi, l’un des deux box et les frais kilométriques allers sont à la charge de la fédération. «Le solde est tout de même considérable, l’hébergement notamment.» En outre, l’appartenance à des cadres nationaux permet d’obtenir la «talent card» de Swiss Olympic et de profiter des structures sports-études. En l’occurrence, Lucie Moreillon a intégré en septembre dernier la section Sport-Art-Formation à l’école de commerce de Martigny. «A l’exception du lundi, j’ai congé tous les après-midi. Je peux ainsi m’entraîner quasiment tous les jours. Je monte ma jument quatre à cinq fois par semaine pour un entraînement intensif. Sinon, je la sors régulièrement.»

Elle s’entraîne à Noville

La citoyenne de Fully se rend aux Ecuries de la Rossat à Noville. D’une part, elle profite d’une infrastructure au top et d’une structure privée qui lui permet de s’entraîner quand elle veut. D’autre part, c’est plus pratique pour sa coach, Morgane Barbançon, une Franco-Suisse-Espagnole domiciliée à Genève. Lucie Moreillon reprendra la compétition en janvier, déjà. A Macon. Elle a une idée assez précise de sa saison 2020. «L’idée, c’est de prendre part à une grande tournée de nationaux en France. Sinon, je participerai aux compétitions en Suisse, peu nombreuses, ainsi qu’à quelques concours internationaux.»

Son grand objectif, ce sont les championnats d’Europe juniors qui se tiendront en Angleterre en juillet et août 2020. «Je ne devrai pas hésiter à me rendre à l’étranger afin de glaner des points et de mériter ma place au sein de la sélection suisse. A plus long terme, j’espère rester dans les cadres en jeunes cavaliers puis en élites.»


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top